BIOLOGIE

La domestication a modifié le cerveau du lapin

La domestication du lapin a donné de superbes races, avec de magnifiques pelages et oreilles variées. Mais pas seulement. Selon une étude scientifique, la domestication aurait aussi ramolli son cerveau !

On doit cette fascinante étude à une équipe dirigée par Irene Brusini, de l’Institut Royal de Technologie de Stockholm, en Suède. Les chercheurs ont élevé 16 lapins – 8 lapins sauvages et 8 lapins domestiques – dans les mêmes conditions. Ils ont ensuite observé leur cerveau à l’aide d’une IRM et les résultats sont sans appel. Selon Irène Brusini, il y a trois différences majeures.

  1. Les lapins sauvages ont une proportion cerveau/corps plus importante que les lapins domestiques
  2.  Les lapins domestiques ont une amygdale réduite et un plus grand cortex préfrontal médian
  3. Les lapins domestiques ont une réduction généralisée de substance blanche

Comment interpréter ces résultats ? L’amygdale est la partie du cerveau qui est associée à la sensation de peur. Et la réaction face à la peur est activée par le cortex préfontal médian. Avec une amygdale plus petite que chez les lapins sauvages, et un cortex préfontal plus grand, les lapins domestiques réagissent donc différemment à la peur : alors qu’un lapin sauvage s’enfuit immédiatement, le lapin domestique, lui, reste immobile et est moins réactif.

1812-couchages.jpg

Parlons maintenant de la substance blanche. Dans le cerveau, cette matière permet de faire le relais entre les influx nerveux. Avec moins de matière blanche que leurs congénères sauvages, les lapins domestiques réagissent donc plus lentement…

Cette étude scientifique est capitale, car elle permet de comprendre en profondeur les effets de la domestication sur la biologie d’un animal.

Par Marie-Sophie Germain