MASTOMYS

mastomys en captivité.png

Ni un rat, ni une souris, et plein de mamelles… Qui est la Mastomys natalensis, aussi appelée « rat du Natal » ou « souris multimammaire » ?

Mastomys natalensis est une espèce de la famille des Muridés. A l’état sauvage, on la connaît surtout pour être le réservoir du virus de Lassa qui fait beaucoup de victimes en Afrique. En captivité, son sort n’en est pas moins funeste, puisqu’elle est surtout élevée par les terriariophiles pour servir de nourriture aux reptiles. Heureusement, des amoureux des rongeurs sont de plus en plus nombreux à  vouloir maintenir cette espèce en tant qu’animal domestique.

CARTE D’IDENTITÉ

Nom commun : mastomys, rat du Natal, rat africain commun, rat plurimammaire, souris multimammaire africaine
Nom latin : Mastomys natalensis
Origine : Afrique
Taille-Poids : 9 à 15 cm (avec une queue de 8 à 15 cm) ; 50 à 90 g
Longévité :  1 an et demi dans la nature ; 2 à 4 ans en captivité
Régime alimentaire : omnivore à tendance granivore
Mode de vie sociale : grégaire (en groupe)
Maturité sexuelle : 90 jours environ
Gestation : 24 jours
Nombre de petits : 10 en moyenne
Nb de portées par an :
Âge au sevrage : 4 à 5 semaines
Cage : minimum 1 m de long pour un trio minimum
Particularités : elle doit son nom à ses multiples mamelles très apparentes

 

12260183_2

Description

La Mastomys porte une belle robe beige grisâtre, avec le ventre plus clair. En captivité, il existe des mutations de couleurs, unies ou panachées (canelle, cannelle argenté…) dont certaines ont les yeux rubis.

Habitat

A l’état sauvage, la Mastomys utilise souvent les terriers abandonnés d’autres petits animaux comme les gerbilles ou rat-taupes. Cette espèce n’est pas arboricole, mais est pourtant une très bonne grimpeuse ! Elle vit au contact de plusieurs autres espèces de petits mammifères, mais se retire en présence du rat (Rattus rattus).

En captivité, il est recommandé de leur offrir beaucoup d’espace, un terrarium de 1 m est idéal pour un duo ou un trio. Il faut lui offrir une épaisse couche de litière (15 cm minimum) pour que les Mastomys puissent creuser, ainsi que de nombreuses cachettes. Vous pouvez ajoutez une roue, avec un diamètre de 28 cm.

Comportement

La Mastomys est un rongeur nocturne, avec un pic d’activité les trois premières heures suivant le coucher du soleil. En période de reproduction, les femmes peuvent se montrer agressives avant et après la naissance des petits. Mais si elles sont dans une grande colonie en endroit clos, elles peuvent devenir aussi dominantes que les mâles. En colonie, les mâles ont montré des comportements homosexuels, probablement pour exprimer une territorialité (pourtant difficile à démontrer lors de l’expérience scientifique, étant donné que leur habitat était sans doute trop restreint). Quand le nid est menacé par un danger, la femelle déplace ses bébés, mais elle peut être aussi aidée par d’autres femelles et même des mâles ! Cette assistance mutuelle du groupe entraîne un taux de survie élevé chez les juvéniles et pour la population en général.

A l’état sauvage, quand la nourriture est abondante, la population de Mastomys peut considérablement augmenter. Cette surpopulation entraîne un comportement social anormal entraînant des symptômes de stress intense, avec une augmentation du nombre de conflits. Cette situation aboutit à une désorganisation de la reproduction.

En captivité, il convient d’offrir beaucoup d’espace aux Mastomys afin d’éviter le stress et les conflits. Vous pouvez maintenir un duo ou un trio du même sexe (afin d’éviter les reproductions non désirées) dans un grand terrarium, voire un groupe de 6 individus si vous avez la place, dans un enclos.

Avec l’humain, il est dit qu’elle est naturellement timide, voire craintive. C’est parce qu’elle est élevée en tant que nourriture pour les reptiles, et non comme animal domestique. Espérons qu’au fil des lignées, les Mastomys deviendront aussi docile que les autres rongeurs de compagnie.

Alimentation

Le rat du Natal est principalement omnivore, mais en captivité il devient majoritairement granivore, sans dédaigner quelques insectes. Les petites graines sont mangées sur place, alors que les plus grosses graines sont le plus souvent emportées pour être stockées dans le terrier. Et ce sont surtout les femelles gestantes et allaitantes qui stockent.

Chez vous, vous pouvez leur donner un mélange de bonne qualité pour souris, comprenant beaucoup de graines, à agrémenter de quelques insectes (vous pouvez élever vous-même des insectes).

Reproduction

Dans la nature, la gestation dure en moyenne 23 jours, avec un intervalle de 25 jours seulement entre chaque portée. La première portée arrive entre 82 et 94 jours (moyenne : 90 jours). Cela signifie qu’une femelle qui a une portée au début de la saison de reproduction (de janvier à avril) pourrait donner naissance à 4 portées en tout, pendant les 9 à 10 mois de la période de reproduction. Les bébés sont en moyenne au nombre de 10. Des scientifiques ont remarqué que le nombre de petits dépend de la taille de la femelle : plus la femelle est corpulente, plus la portée est importante. Et quand les températures nocturnes se refroidissent, le nombre de petits à chaque portée se réduit.

En captivité, il vaut mieux éviter les reproductions, pour la bonne raison que cette espèce encore peu connue et pas forcément docile est très difficile à placer chez les particuliers.

Par Marie-Sophie Germain

banniere h zooplus