LAPIN

LE LAPIN :
Entre chien et chat

Deux longues oreilles, une morphologie de sprinter et une personnalité affirmée : pas de doute, il s’agit du lapin !

Lire aussi :
tous les articles sur les LAPINS !

CARTE D’IDENTITÉ
Nom commun : Lapin
Nom latin : Oryctolagus cuniculus
 Origine : Europe de l’Ouest
Taille-Poids : entre 800 g et 7 kg selon les races
Longévité : 5 à 10 ans
Régime alimentaire : herbivore strict
Maturité sexuelle : environ 6 mois
Mode de vie sociale : grégaire (en groupe)
Âge idéal de mise à la reproduction : 1 an
Gestation : 29 à 35 jours
Nombre de petits : 4 à 10
Nb de portées par an : 7 à 11 (ne pas dépasser 2)
Âge au sevrage : 4 semaines pour les mâles, 6 semaines pour les femelles
Volume minimum de la cage : 1 m 50 de long pour un individu, avec abri et poste d’observation
Particularités : doit vivre en liberté, doit être vacciné contre la myxomatose et la maladie hémorragique, sensible aux calculs urinaires et aux affections buccodentaires.

Pour comprendre qui est le lapin, il faut d’abord mettre fin à une idée reçue : il n’est pas un rongeur ! Le lapin appartient en fait à l’ordre des lagomorphes (“en forme de lièvre”) qui se distinguent des rongeurs par 3 principales caractéristiques. Premièrement, le mouvement des mâchoires est latéral chez chez le lapin alors qu’il est d’avant en arrière chez les rongeurs. Ensuite, le lapin possède 4 incisives à la mâchoire supérieure, contre seulement 2 chez les rongeurs. Et pour finir, le nombre de doigts est aussi différent, puisque chez le lapin on en compte 5 aux pattes antérieures et 4 aux pattes postérieures. Tout cela pour dire que le lapin ne doit pas être traité comme un rongeur car il a des besoins spécifiques.

banniere h zooplus

En effet, contrairement à d’autres petits mammifères qui s’accommodent plutôt bien à la vie en captivité, le lapin n’a pas une morphologie qui lui permet de vivre en cage : doté de puissantes pattes arrière et d’une forte musculature, c’est un “coureur” bâti pour bouger en permanence. Il est donc fortement recommandé de le maintenir en liberté, exactement comme un chat, en prenant soin de le mettre en cage la nuit et en cas d’absence… et de sécuriser la maison ou l’appartement contre les coups de dents dévastateurs ! Comme le lapin est animal grégaire qui vit normalement en larges colonies, s’il n’a pas de compagnon, il prend vite l’habitude de rester près de sa famille humaine et même de venir quand on l’appelle (surtout si c’est pour lui proposer une friandise…). Comme il est à la fois indépendant mais recherchant la compagnie, beaucoup de propriétaires possédant un lapin le considèrent comme étant à mi-chemin entre le chien et le chat, sans les inconvénients !

Du Polonais de 800 g au Géant des Flandres de 7 kg, il existe entre une cinquantaine et une centaine de races reconnues. Elles peuvent être classées selon leur taille, leur origine, ou les caractéristiques de leur fourrure. En France, les lapins de compagnie sont surtout représentés par les polonais, les “nains” et les rex. Sous ces appellations, on retrouve en fait beaucoup de croisés. Avec ses longues oreilles tombantes, c’est le lapin bélier qui fait de plus en plus craquer les Français. Il est vrai que cette variété a plutôt un bon caractère, ce qui est parfois difficile à trouver chez les lapins. En effet, ces animaux territoriaux ont tendance à parfois être de fortes têtes qui ne se laissent pas manipuler, voire approcher. Il faut donc s’attendre à tous les cas de figures lorsqu’on adopte un lapin, et s’armer de beaucoup de patience et de douceur pour qu’il devienne un compagnon inoubliable. N’oubliez pas qu’il ne faut jamais l’attraper par les oreilles, c’est très douloureux pour lui !
En ce qui concerne la reproduction, la réputation du lapin n’est plus à faire… Au cours de sa vie, un couple de lagomorphes peut en effet donner naissance à une dizaine de portées qui peuvent compter jusqu’à 10 petits !

En France, le lapin doit absolument être vacciné contre la myxomatose et contre la maladie hémorragique (VHD, ou Viral Hemorragic Disease) dès l’âge de deux mois. Ces deux maladies sont mortelles et on les rencontre parfois dans les élevages intensifs.

ALIMENTATION QUOTIDIENNE
50 g d’aliment complet spécial pour lapin (pour un lapin d’1 kg). Eviter les mélanges de graines pour éviter que le lapin trie et ne mange que ses préférées !
– Verdure en petite quantité : carotte, fenouil, céleri, endive, persil, cerfeuil… A distribuer lavée, séchée et à température ambiante (pas directement sortie du frigo).
Foin à volonté, un aliment de base dont le lapin a besoin pour réguler son transit intestinal et user ses dents qui poussent en permanence.
– Eau fraîche à volonté.
– A proscrire
: végétaux impropres à la consommation humaine, pomme de terre, courgette, aubergine,  betterave, friandises grasses (noix, cacahouètes). Jamais de granulés pour « tous rongeurs », car trop riches en calcium pour les lapins, ils provoquent des calculs urinaires.

MAÎTRE IDÉAL
En raison de ses puissantes pattes arrières qui peuvent infliger de sérieuses blessures quand il se débat, le lapin est déconseillé aux plus jeunes, surtout aux enfants impressionnables ou qui n’ont pas l’habitude des animaux. Cependant, si c’est une “bonne pâte” et qu’il est bien apprivoisé dès son plus jeune âge, il fera le bonheur des enfants calmes qui sauront respecter son besoin d’indépendance et ne pas le déranger. En France, il a été démontré que ce sont surtout des jeunes couples sans enfants qui possèdent des lapins. La vie au sein d’un couple est très bénéfique pour le lapin, car il peut rester en famille sans être trop dérangé !

Par Marie-Sophie Germain,
pour Le Magazine Millions d’Amis