CHINCHILLA

LE CHINCHILLA :
Tout doux et timide !

Quel est le rongeur qui a la fourrure la plus douce ? Le chinchilla ! C’est aussi un des rongeurs de compagnie les plus délicats et qui ne se laisse pas facilement apprivoiser. Patience de rigueur !

Lire aussi :
tous les articles sur les CHINCHILLAS

CARTE D’IDENTITÉ
Nom commun : Chinchilla
Nom latin : Chinchilla laniger
Origine : Amérique du Sud
Taille-Poids : 400 à 600 g
Longévité : entre 10 et 20 ans
Régime alimentaire : herbivore strict
Mode de vie sociale : grégaire (en groupe)
Maturité sexuelle : ~ 5 mois
Âge idéal de mise à la reproduction : vers 9 mois
Gestation : 110 à 115 jours
Nombre de petits : 1 à 4
Nb de portées par an : ~ 3 (ne jamais dépasser 2)
Âge au sevrage : 6-8 semaines minimum
Cage : grande cage haute avec nombreux accessoires d’escalade et de jeux, des branches d’arbres fruitiers non toxiques, des nids en hauteur et un bac à sable.
Particularités : animal crépusculaire et nocturne, doit avoir une alimentation sèche et prendre un bain de sable tous les jours, a une étonnante longévité.

Ceux qui voient un chinchilla pour la première fois le prennent souvent pour une sorte d’écureuil dodu à grandes oreilles et à l’air grognon… Puis quand ils apprennent que c’est chinchilla, ils pensent tout de suite à  son incomparable fourrure d’une douceur extrême. C’est parce que ce rongeur qui vit dans les Andes, en altitude, possède entre 60 et 80 poils par follicule pileux, contre seulement 1 chez les autres rongeurs ! Cette  fourrure très dense lui permet de se protéger du froid et de la déshydratation.

banniere h zooplus

Selon la plupart des scientifiques, le chinchilla domestique serait un hybride entre deux espèces sauvages, le chinchilla à queue courte (Chinchilla brevicaudata) et le chinchilla à queue longue (Chinchilla laniger ou lanigera). Depuis une centaine d’années environ, à partir de la couleur naturelle gris-cendré, les éleveurs ont obtenu de superbes mutations : Black-Velvet, Beige Tower, Blanc-Wilson, Violet, Starlite… Les couleurs de base sont toujours le gris, le blanc, le beige et le noir.

Bien qu’il soit un proche cousin du cobaye, le chinchilla est complètement différent. Il est moins docile, moins câlin et se laisse difficilement apprivoiser. Même s’il apprécie les caresses, plutôt que de rester dans les bras de son maître, il préfère explorer le monde qui l’entoure… Les sorties – sous haute surveillance – sont donc obligatoires, à raison d’au moins une heure par jour, et le soir de préférence !

N’oubliez pas que le chinchilla est un animal nocturne : il ne faut pas le déranger pendant la journée.
Il convient de lui offrir une très grande cage, plus haute que large (1 m minimum), équipée de nombreux branchages d’arbres fruitiers (non toxiques), d’accessoires de jeux, de plateformes et de nids en hauteur. Certaines volières font parfois l’affaire, mais il faut veiller à ce que le bac soit pratique pour le nettoyage. Pour conserver le lustre et l’aspect duveteux de sa fourrure, le chinchilla a besoin de se dégraisser les poils tous les jours. Pour cela, il faut lui offrir un récipient rempli de sable spécial pour chinchilla, appelé “terre à bain”, à changer plusieurs fois par semaine et à tamiser tous les jours.

Côté nourriture, le chinchilla a besoin d’une alimentation sèche, riche en fibres et assez pauvre. C’est que dans la nature, il se nourrit surtout de cactus et d’herbes sèches ! Son système digestif habitué à cette nourriture pauvre est donc très sophistiqué et spécialement adapté pour digérer la cellulose… et ne digérer que ca ! Il faut donc lui fournir une alimentation sèche et riche en fibres, au risque qu’il développe de graves maladies. Surtout pas de nourriture riche en eau, en graisse ou en sucre !

Côté santé, le chinchilla est assez sensible aux mycoses, aux malocclusions dentaires et à divers troubles de la reproduction ou aux problèmes comportementaux. L’un d’entre eux est le “fur-chewing”, ou “mâchage de fourrure”. Il ne faut pas le confondre cela avec le “lâcher de poils”, qui est une technique de défense utilisée par le chinchilla lorsqu’on l’attrape !

En ce qui concerne la reproduction, après une gestation de 111 jours environ, les bébés naissent formés, avec les yeux ouverts, tous leurs poils, griffes et dents ! Mais il faut faire très attention lorsqu’on décide de faire reproduire ses chinchillas car certaines mutations sont porteuses d’un gène létal, c’est à dire qui provoquent la mort de la progéniture. On ne peut pas, par exemple, croiser deux Velvet ou deux Blancs entre eux : les bébés ayant reçu le gène létal (homozygote) de chacun des parents meurent à l’état foetal ou juste après la naissance.

ALIMENTATION QUOTIDIENNE
30 g d’aliment complet spécial chinchilla. Pas de “mélange” car le chinchilla trie les graines et ne mange que les plus caloriques ce qui provoque obésité, carences en vitamines et maladies du foie.
Foin frais à volonté, aliment de base dont le chinchilla a besoin quotidiennement pour maintenir son transit digestif et user ses dents qui poussent en permanence.
Une friandise sèche (pas tous les jours) : baie d’églantier, demi-noisette, demi-noix, raisin sec.
– Eau fraîche à volonté.
– A proscrire : fruits et légumes frais riches en eau, aliments riches en graisse et en sucre, nourriture impropre à la consommation.

MAÎTRE IDÉAL
Le chinchilla ne convient pas aux enfants, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, c’est un animal difficile à apprivoiser et délicat à manipuler. Ensuite, c’est un rongeur nocturne qui ne doit pas être dérangé pendant la journée, et qui fait beaucoup de bruit la nuit ! Il a aussi une queue très fragile. Le chinchilla sera plutôt heureux un couple ou une personne qui travaille pendant la journée et dont le retour à la maison correspondra avec le début de sa période d’activité. Ce rongeur a aussi besoin d’un maître très stable et responsable qui aura mûrement réfléchi avant d’acquérir un chinchilla, car ils resteront ensemble pendant au moins une quinzaine d’années ! Le maître idéal est aussi celui qui ne compte pas les heures passées à socialiser et à apprivoiser son compagnon tout doux…

Par Marie-Sophie Germain,
pour le Magazine 30 Millions d’Amis