ESPÈCES/RACES

Le lapin angora

Qui n’a jamais craqué pour cette énorme boule de poils ? Ce lapin au pelage extrêmement touffu a toujours été très populaire, bien avant qu’il soit connu en tant qu’animal de compagnie.

La mutation angora affecte le pelage, et le fait pousser plus longtemps : 3 à 5 mois, au lieu d’un mois d’ordinaire. Il en résulte un poil beaucoup plus long. Les éleveurs de lapins ont bien compris l’intérêt qu’ils pouvaient tirer de cette fibre extrêmement fine et de bonne qualité. Malheureusement, pour le lapin, cette mutation est un handicap. Tout d’abord, les poils lui couvrant les yeux l’empêchent de voir correctement. Ensuite, l’épaisse masse et la longueur du pelage l’entravent dans ces mouvements. Cela peut aussi poser des problèmes d’hygiène, lorsque les poils de l’arrière-train se retrouvent souillés par l’urine. Le lapin peut aussi avoir des soucis pour accéder à ses caecotrophes, les crottes spéciales issues d’une première digestion qu’il a besoin d’ingérer de nouveau pour bénéficier de toutes les vitamines dont il a besoin (un phénomène tout à fait naturel).

1810-mois-du-lapin

Comme tous les lapins, l’angora présente plusieurs types de poils, dont le poil de jarre et le poil de bourre (isolant). C’est le poil de jarre qui a fait l’objet de sélection depuis le XVIIIè siècle. Pour en obtenir plus, les éleveurs épilaient le lapin, qui par conséquent faisait repousser plus de poils de jarre. En revanche, chez les Allemands, c’est le poil de bourre qui était privilégié, car il est doux, chaud et isolant. Les caractéristiques obtenues par ces éleveurs se retrouvent toujours chez le lapin angora de compagnie. Mais ici, son maître a un rôle à jouer pour faciliter la vie de son protégé !

Un brossage quotidien (ou au moins deux fois par semaine) est indispensable. Il faut commencer en le rassurant et en plaçant une main sous son ventre pour le sécuriser. En le massant et en le caressant, il est facile de détecter les zones emmêlées. Vous devez utiliser une brosse douce, un peigne, une carde et des ciseaux à bouts ronds. L’enjeu est de bien démêler le poil, sans tirer sur la peau. Il est préférable de couper les noeuds plutôt que de chercher à les défaire. La “jupe” sera coupée assez court, pour éviter d’être souillée par l’urine et les déjections. Poils courts aussi devant les yeux ! Le pelage sur le reste du corps peut-être coupé également, mi-courts. Shampooings interdits, car ils sont une cause de stress très importante pour le lapin.

Par Marie-Sophie Germain