PROTECTION ANIMALE

Ce photographe a-t-il utilisé des mulots morts pour ses clichés « naturalistes » ?

C’est l’indignation sur les réseaux sociaux. Un photographe « naturaliste » a fait paraître un reportage dans le magazine VSD, sur les mulots. Problème : tous les animaux sur ces photos ont l’air d’être… morts. Une pratique qui malheureusement existe, afin de faciliter les mises en scènes.

NAC Magazine vous parle régulièrement de la protection des cousins sauvages de vos petits compagnons, comme par exemple le hamster d’Alsace ou les rats de Paris. Cette fois-ci, c’est un le mulot (cousin de la souris), qui fait les frais de la bêtise humaine.

La maltraitance animale est parfois l’unique ressort de certains photographes, et les exemples sont légion. Par exemple, beaucoup de petits animaux sont mis au congélateur pour être plus « malléables » une fois que leur corps est endormi. Certains même sont tués. Les photographes peuvent ainsi élaborer des mises en scène ridicules, et souvent teintées d’anthropomorphisme, dans l’unique but de faire le buzz.

Voici donc les photos qui font débat, par le photographe « naturaliste » Romain Doucelin :

46059124_10209803846611591_2800673613089341440_o

 

46144268_1995385774085990_6227289222957498368_o (1)

Tous les amoureux des petits rongeurs et les photographes naturalistes sont unanimes : les mulots sur les photos sont bel et bien morts, puis mis en scène, dans des attitudes grotesques qui ne retranscrivent en rien des comportements naturels.

Selon NAC Magazine, ces allégations semblent malheureusement réelles.
Les mulots vivants ne ressemblent pas à cela : ils ont un beau poil, les yeux bien ouverts et non enfoncés dans les orbites comme ici, et ne se tiennent pas dans des positions improbables.

– Non, un mulot ne transporte pas de choses sur la tête comme pourrait le faire un humain.

– Non, un mulot ne se tient jamais dans une position entièrement verticale, et ne tient jamais une baie avec une seule main.

– Non, un mulot ne plonge pas la tête la première dans les cailloux !

– Non, un mulot ne ne tient jamais dans une position où il a une patte en l’air.
Position ridicule que l’on retrouve dans un autre cliché antérieur. Le mulot est tout simplement attaché par la patte à un fil puis suspendu.

41807195_895156174013389_1491674242486370304_o (1).jpg

Sur d’autres photos publiées par exemple sur son compte Instagram, on peut voir des mises en scènes similaires, avec des mulots qui « sentent des fleurs ».

Ce genre de mises en scènes glauques sont non seulement grotesques (elles montrent des comportement aberrants et qui n’existent pas), elles sont aussi fermement condamnables.

Avant de partager des photos amusantes d’animaux (et donc de booster la  notoriété du photographe…), posez-vous toujours la question de savoir si les circonstances, les positions et les comportements sont naturels, ou s’ils ont probablement fait l’objet de mise en scène.

Par Marie-Sophie Germain