PRATIQUE SOINS/HYGIÈNE VOUS ET EUX

Vous êtes allergique à votre NAC ?

Vous éternuez, vous avez les yeux rouges et des démangeaisons… Etes-vous allergique à votre rongeur, lapin ou furet ?

Qu’est-ce qu’une allergie ?

Une allergie, c’est la réponse excessive du système immunitaire à une substance normalement inoffensive pour d’autres personnes. Cette substance, appelée « allergène », existe sous de multiples formes (pollen, moisissures, poils et squames d’animaux, aliments tels que l’arachide, etc…). Tout le monde n’est pas allergique, et les personnes allergiques ne sont pas allergiques à tout !

Contrairement à une idée reçue, des études scientifiques ont démontré que les allergies aux animaux étaient justement plus fréquentes, chez les personnes qui n’ont jamais été exposées aux animaux lorsqu’elles étaient enfant : leur système immunitaire n’a pas appris à reconnaître et à combattre les « substances » venant des animaux et celles-ci sont alors considérées comme « étrangères » à l’environnement habituel et donc allergènes. En effet, on ne naît pas allergique à quelque chose, on le devient. Alors que certains spécialistes affirment qu’il faut à tout prix éviter d’exposer les enfants aux animaux, d’autres pensent que la meilleure prévention est justement la désensibilisation (exposition répétée) dès le plus jeune âge.

A quoi exactement est-on allergique à cause des NAC ?

Les allergies aux NAC sont moins communes que les allergies aux chiens ou chats mais existent. Chez les rongeurs et lapins, c’est surtout dans l’urine qu’on trouve les allergènes. Ces allergènes sont des protéines présentes dans les sécrétions telles que l’urine, mais aussi en moindre mesure, la salive et les sécrétions produites par la peau. Les poils n’y sont pas pour grand chose, voire pour rien. 

A noter que quand on s’occupe d’un rongeur, on peut aussi être allergique à d’autres choses : le foin par exemple peut présenter  des éléments allergènes, contenus dans la poussière, tels que des pollens de graminées ou des moisissures par exemple. Certaines litières telles que la litière de copeaux de bois non dépoussiérés sont également assez irritantes pour les voies respiratoires. Seul un allergologue pourra déterminer à quoi vous êtes réellement allergique en effectuant des tests.

logo

Les symptômes

Les symptômes de l’allergie sont typiques :

  • Conjonctivite : yeux rouges, irrités et larmoyants.
  • Asthme : difficultés respiratoires.
  • Eczema : rougeurs et gonflements sur la zone de la peau qui a été en contact avec un cobaye (main, bras, cou, etc.)
  • Rhinite allergique : nez bouché, écoulement nasal, éternuements. Attention, car si elle n’est pas traitée, elle peut évoluer en asthme allergique (difficultés respiratoires, toux sèches) plus difficile à soigner.

Que faire en cas d’allergie ?

Si vous présentez les symptômes, il faut consulter un allergoloque. Celui-ci effectuera des tests afin de déterminer si vous êtes allergique à l’animal ou au foin ou à la litière. En attendant cette consultation, vous pouvez prendre rendez-vous avec votre médecin traitant qui vous prescrira éventuellement des antihistaminiques ou des corticoïdes qui calmeront vos symptômes.

Demandez à votre allergologue s’il existe une désensibilisation à l’animal auquel vous êtes allergique. Une fois le verdict tombé tombé, vous aurez deux options : garder votre petit protégé ou vous en séparer. Certains éleveurs peu scrupuleux affirment que les rongeurs sans poils sont recommandés pour les personnes allergiques car il n’a pas de poils. Cet argument commercial est totalement infondé car l’allergène se trouve dans les urines !

Vous êtes allergique mais vous gardez votre NAC

Il est tout à fait possible de garder un NAC cobaye même en y étant allergique. Il faudra néanmoins prendre quelques précautions :

  • Ne placez pas la cage dans votre chambre.
  • Ne stockez pas le foin et la litière directement chez vous.
  • Aérez souvent et passez régulièrement l’aspirateur dans la pièce où se trouve l’animal
  • Changez la litière et nettoyez la cage très souvent afin de limiter l’exposition à l’urine, au moins 3 fois par semaine.
  • Lavez et changez les dodos tous les jours.
  • Essayez de trouver un foin peu poussiéreux
  • Optez pour de la litière non poussiéreuse : chanvre, lin, cellulose, maïs) ou bien optez pour les textiles.
  • Portez un masque et des gants lors des changements de litière et des nettoyages de la cage, ou demandez à une personne non allergique de le faire.
  • Demandez à une personne non allergique de remplir des petits sacs prédosés (dose de foin pour une journée), afin que vous n’ayez pas à mettre les mains dans le paquet de foin tous les jours.
  • Lors des contacts physiques, ne placez pas directement votre NAC sur votre peau, mais utilisez une couverture, une serviette, un tablier, etc… et portez un col-roulé car la peau du cou est la plus sensible aux allergènes. Vous pouvez éventuellement porter des gants en coton.
  • Lavez-vous toujours soigneusement les mains après chaque contact avec l’animal, avec le foin ou la litière.
  • Brossez régulièrement votre NAC
Vous vous séparez de votre NAC…

Malheureusement, si malgré tous vos efforts, vos symptômes s’aggravent (asthme allergique), il vous faudra vous séparez de votre compagnon pour votre santé. Confiez votre cobaye à votre famille, des amis, une personne de confiance, dans une association ou une refuge pour rongeur, ou par le biais de forums. Vous pourrez ainsi toujours avoir de ses nouvelles. Mais sachez que même plusieurs mois après le départ de l’animal les allergènes sont toujours présents dans votre foyer.

Par Marie-Sophie Germain