A LA UNE

Le lapin Bélier, votre chouchou « made in France »

Aujourd’hui, le Bélier Français est une des races de lapin qui rencontre le plus de succès dans notre pays. Découverte de l’Hercule du clapier, un lapin pas comme les autres qui fait craquer tout le monde.

Une croupe rebondie et de longues oreilles tombantes ? Oui, c’est un lapin bélier ! Mais ce ne sont pas seulement ces caractéristiques amusantes qui font le succès de ce lapin craquant. Son très bon caractère et son tempérament très calme et amical  jouent également en sa faveur. Son nom lui vient, dit-on, de l’aspect de sa tête au front épais ressemblant à celle du mâle de la brebis.

Avec un poids compris entre 4,5 et 6 kg (idéalement 5,5 kg), il appartient à la catégorie des grandes races. Chez les races moyennes (entre 3,4 et 4,8 kg), on trouve le Bélier Anglais et le Bélier Allemand. Quant aux petites races (entre 2,4 et 3,2 kg), elles sont représentées par le Petit Bélier, originaire de Hollande, qui fait donc partie de la famille des lapins nains. Mais en France, beaucoup de mini-lapins aux oreilles tombantes sont des hybrides : il est difficile de déterminer à quelle race ils appartiennent, d’où l’appellation de « Bélier nain », qui en matière de race ne veut pas dire grand chose. En revanche, on peut reconnaître sans se tromper le Bélier Français.

L’histoire de la création de cette race pure remonte au milieu du XIXè siècle. A cette époque en France, les éleveurs de lapins de chair se sont rendus compte que les Béliers Anglais, du fait de la conformation de leurs oreilles tombantes et donc « fermées » étaient beaucoup moins sensibles aux otites infectieuses. Ils ont alors croisé des Béliers Anglais avec des Géants des Flandres pour obtenir un lapin massif, pour la chair, mais aussi résistant aux infections des oreilles. C’est ainsi qu’est né le Bélier Français. En ce temps-là, on considérait qu’uniquement les lapins de couleur naturelle (gris garenne) donnaient la meilleure viande. Mais en Europe, seuls les Allemands appréciaient les oreilles caractéristiques du Bélier et tentaient de la populariser pour en faire un animal de concours. Ils ont alors développé les premières variétés colorées, en croisant les Béliers Français avec des lapins de couleur.

1810-mois-du-lapin

En France, le Bélier Français a enfin été reconnu en tant que race par la Fédération de Cuniculture (FFC) le 25 mars 1922 grâce à l’éleveur parisien M. Cordonnier. Selon le standard, les oreilles du Bélier Français doivent être portées très basses et prendre naissance par un long bourrelet sur le dessus de la tête, appelé la couronne. Elles doivent mesurer entre 38 et 45 cm et ne doivent présenter aucun repli. En revanche, elles doivent être richement vascularisées, avoir une forme de fer-à-cheval et des extrémités arrondies. Il faut savoir qu’elles ne deviennent tombantes qu’à partir de l’âge de 4 semaines, mais pas toutes les deux en même temps, il faut parfois attendre 8 semaines de plus !

Morphologiquement, le lapin bélier ne se différencie pas seulement des autres lapins par la conformation de ses oreilles. Il présente également une croupe arrondie, pleine et surélevée, un cou inexistant et un corps rond, musculeux et ramassé. L’importante courbe convexe du chanfrein, du haut de la tête jusqu’au bout du nez, est également un facteur très important. Le fanon est autorisé chez la femelle mais pas chez le mâle.  Il s’agit d’une masse graisseuse implantée à la base du cou, comme un double-menton. Les pattes sont courtes mais vigoureuses. Le Bélier Français porte généralement une fourrure dense et soyeuse, aux poils un peu plus longs que ceux des autres races de lapins à poils courts. Les couleurs les plus communes sont le gris garenne, le gris fer, le blanc et le noir. Toutes les couleurs et les marquages sont admis, sauf l’argenté.

Côté caractère, on peut affirmer sans aucun doute que le Bélier est le plus placide et le plus confiant de tous les lapins. En effet, alors que de nombreuses races de lapins réagissent de façon craintive voire agressive à la moindre taquinerie ou même parfois caresse, le Bélier se laisse souvent faire sans broncher.

Des exigences particulières

Comme tous les lapins, les Bélier ne doit pas être maintenu en cage, mais vivre en liberté dans la maison. Si le lapin doit être maintenu en cage pendant quelques heures, celle-ci doit être extrêmement spacieuse, comme la Plaza 160 de Ferlplast.

Une grande maisonnette (si possible en bois) en guise de nid est indispensable et son toit servira souvent de poste d’observation !

Question alimentation, comme tous les lapins, le Bélier est herbivore et possède un appareil digestif sophistiqué régi par une flore microbienne spécifique. Des aliments adaptés spécial lapins sont donc nécessaires. Il faut lui offrir quotidiennement un « aliment complet » de bonne qualité, car cela l’empêchera de trier les graines et de ne manger que ses préférées et donc de souffrir de carences ou d’obésité.

selective-naturals-grain-free-lapin-supreme-science.jpgcomplete-cuni-adult-versele-lagagranules-terra-expert-lapin-vadigran.jpg

Pour une bonne digestion et pour user ses dents, le foin est aussi essentiel. Comme friandises, le Bélier apprécie les fruits frais (pomme, poire), en petite quantité pour éviter de graves problèmes digestifs. Il adore aussi les herbes séchées (aubépine, mélasse, ortie, avoine verte, luzerne), préférables à la verdure fraîche. Bien soigné, le Bélier Français peut vivre une dizaine d’années et se montrer un excellent et inoubliable compagnon.

Par Marie-Sophie Germain
Pour le Magazine 30 Millions d’Amis

Photo : Totoro, de « our little family » sur YouTube