NEWS

La mairie de Bordeaux extermine ses lapins !

À Bordeaux, de nombreux lapins – issus le plus souvent d’individus relâchés par des particuliers – pullulent dans les parcs de la ville. C’est pourquoi la mairie a tout simplement décidé de les exterminer…

Si les petits mammifères domestiques relâchés dans la nature ne peuvent pas survivre, les lapins savent parfois s’adapter à la vie sauvage. En quelques mois seulement, la population de lapins a été multipliée par trois, selon la municipalité. Submergée par cette « invasion », la ville a décidé d’exterminer les lagomorphes en faisant appel au furetage, c’est-à-dire l’utilisation de furets.

Grâce à cette technique ancestrale de chasseurs, les furets débusquent les lagomorphes au fond de leur terrier. S’ils ne sont pas immédiatement tués par le furet, les lapins font alors l’objet « d’opération de destruction », comme le décrit la mairie dans sa campagne de communication.

Malheureusement, comme le précise Arnaud Lhomme, responsable du Pôle Enquêtes de la Fondation 30 Millions d’Amis, le furetage est une technique non sélective : « les chasseurs ne savent pas ce qu’il y a dans ces terriers. Qui nous dit qu’ils ne contiennent pas une maman avec des bébés ? Si des nouveau-nés se retrouvent blessés et sans leurs mamans, ils agonisent seuls. »

Cette campagne de destruction massive a été mise en place par la municipalité sans avoir consulté les divers acteurs locaux de la protection animale afin d’essayer de trouver une solution. « Le maire n’a même pas pris la peine de contacter une seule des associations luttant pour la protection animale… », regrette la Fondation 30 Millions d’Amis. « Nous aurions pu envisager ensemble des mesures respectueuses des animaux et surtout, plus efficaces ! »

En effet, si la mairie veut se débarrasser des lapins de façon pérenne, seule une éradication totale des lapins serait efficace ! Le furetage ne permettra que d’en tuer une partie, et les survivants continueront de se reproduire, avec leur légendaire fécondité…

Afin d’enrayer la surpopulation des lapins, la municipalité s’appuie sur un arrêté préfectoral considérant le lapin de garenne comme nuisible en Gironde (et chassable jusqu’au 31 mars 2019). Mais cet arrêté concerne les lapins de garenne sauvages, et non les descendances de lapins domestiques ou semi-domestiques !

Une enquête a été lancée afin d’éviter que la situation se reproduise, comme l’explique Magalie Fronzes, adjointe au maire. En attendant, espérons que de nombreux lapins hybrides survivront et seront pris en charge par des refuges ou des sanctuaires.

Par Marie-Sophie Germain