PRATIQUE

Comment nourrir de force un lapin ou un cochon d’Inde ?

Un cobaye ou lapin atteint de de malocclusion dentaire ou affaibli par une opération ou une grave maladie pulmonaire ou intestinale ne peut pas manger. Soit il est trop faible pour cela, soit il a trop de douleur, soit il ne peut “mécaniquement” pas mâcher les aliments (dans le cas de la malocclusion). Il faut alors le forcer à se nourrir, c’est-à-dire le « gaver ». Cela se fait avec un aliment liquide (produit médicalisé, Critical Care ou Recovery), à l’aide d’une seringue de gavage (sans aiguille).

Cette période est très éprouvante pour l’animal comme pour son « maître ». Bien souvent, l’animal refuse le gavage dans les premiers temps, et son maître se sent impuissant face à la détresse de son animal, qu’il essaie pourtant d’aider. Cela est très dur psychologiquement, et il faut être persévérant.

Il faut commencer le gavage dès que l’animal ne mange plus. Le lapin et le cochon d’Inde sont des herbivores au système digestif complexe. Ils ne peuvent pas rester plus de plusieurs heures sans manger, car c’est la nourriture consommé en permanence qui assure la continuité des mouvements intestinaux. Si l’animal ne mange pas, il entre alors en stase digestive (tout la « machine » s’arrête), des gaz se forment (tympanisme) et il peut en mourir. Il peut aussi mourir de faim… C’est malheureusement chose courante chez les débutants qui attendent que leur compagnon se remette à manger tout seul.

Pour procéder au gavage, vous avez le choix entre plusieurs options : acheter de la nourriture déjà préparée (Critical CareCritical Care Fine Grind ou Recovery) ou en préparer vous même, voire faire un mélange des deux.

critical care

Dans certains cas, vous pouvez donner de la compote ou petits pots pour bébé, afin que votre NAC ne souffre pas d’hypoglycémie. Mais pas de purée ou petits pots pour bébés salés : les légumes sont cuits, et en plus d’être trop salés, on rajoute de l’ail ou de l’oignon pour donner du goût (toxique). Sans oublier tous les additifs, colorants, conservateurs, etc… La compote peut toutefois être utilisée en petite quantité si vous n’avez rien d’autre sous la main et qu’il s’agit d’un cas d’urgence.

Comment préparer de la nourriture liquide ?

Le Critical Care ou le Recovery

Ces aliments en poudre à mélanger avec de l’eau sont spécialement conçus pour les petits herbivores. C’est l’idéal car il contiennent beaucoup de fibres, essentielles à la digestion, ainsi que des vitamines et minéraux. Dans certains cas, ces aliments qui ont beaucoup de goût encouragent réellement à faire remanger les animaux par eux-mêmes, ils leur donnent de l’appétit.

Versez la poudre dans une tasse, et rajoutez de l’eau tiède et laissez reposer quelques minutes. Donnez ensuite le mélange à l’aide d’une seringue sans aiguille (voir les conseils plus loin dans l’article). Parfois quand le mélange est trop épais, il est difficile à aspirer avec la seringue. On a alors tendance à rajouter de l’eau, mais cela devient trop liquide… Il faut plutôt couper l’embout de la seringue afin que celui-ci soit plus large. Ou tout simplement utiliser du Critical Care Fine Grind, qui est encore plus finement broyé.

recovery-supreme-science

La bouillie faite maison

L’avantage de cette bouillie, c’est que l’animal “connaît” tous les ingredients, puisqu’elle contient les extrudés et le foin dont il a l’habitude et ses légumes préférés Vous devez préparer un mélange constitué d’infusion de foin + extrudés + légumes + vitamine C + Rongeur Digest. Voilà comment procéder.

  1. Préparez une infusion de foin : faites bouillir de l’eau. Une fois que l’eau est à ébullition, rajoutez une bonne poignée de foin, puis laissez infuser pendant quelques minutes. Laissez refroidir.
  2. Mettez 30 g d’extrudés dans une tasse. Versez un peu d’infusion de foin dessus, lorsqu’elle est encore tiède. Laissez les extrudés se ramollir, puis touillez avec une cuillère afin que le mélange soit homogène. Vous pouvez aussi utiliser un mixeur.
  3. Mettez ce mélange dans un mixeur et rajoutez quelques morceaux de légumes ou herbes bien goûtus et fibreux (persil ou céleri par exemple). Cela encouragera votre cobaye à accepter le mélange et apportera des fibres.
  4. Le mélange doit être bien homogène, mais pas trop liquide, sinon il n’est pas assez nourrissant, pas assez riche en fibres et risque de donner la diarrhée, très dangereuse si votre NAC est déjà affaibli.

Quelle seringue utiliser ?

Pour gaver un NAC pour la première fois, la seringue à insuline, de 1 ml est idéale, car elle est fine et a un petit embout, facile à mettre dans une petite bouche. Le problème c’est que si vous donnez 15 ml, il faudra la remplir 15 fois, et la mettre 15 fois dans la bouche… L’avantage, c’est que le débit est parfait.

Vous pouvez prendre des seringues de plus grande contenance (2, 5, 10, 20 ou 50 ml), mais l’embout est souvent trop court ou trop large, et l’ajustement du débit peut être assez difficile : ça coule trop vite et le NAC s’étouffe ou recrache.

Vous pouvez aussi prendre une seringue de grande contenance et modifier l’embout de manière à ce qu’il soit plus fin et plus long, en ajoutant un petit tuyau (fin tuyau transparent utilisé pour les pompes à air en aquariophilie) ou en adaptant une seringue de 1 ml au bout !

Ces différents types de seringues se trouvent facilement en pharmacie ou chez le vétérinaire. Prenez-en plusieurs, car elles s’abîment rapidement.

Comment gaver un NAC ? 

1) Maintenez votre NAC debout sur vos genoux, son dos contre votre ventre, avec ses pattes avant posées contre votre main qui le maintien. C’est la position idéale pour que le liquide coule bien, pour qu’il puisse avaler sans problème et se sente malgré tout en sécurité. S’il est trop récalcitrant, vous pouvez l’enrouler dans une serviette : il ne pourra pas gigoter ou pousser avec ses pattes pour se défaire de votre emprise. Ne le mettez pas sur le dos, un animal avec du liquide dans la bouche dans cette position risque de s’étouffer !

2) Placez l’embout de la seringue sur le côté de la bouche, juste derrière les incisives (dents de devant). Ainsi, le liquide ne coulera pas directement dans sa gorge (mais sur sa langue) et il ne risquera pas de s’étouffer.

3) Appuyez très doucement sur la seringue pour faire couler le liquide. Ajustez le débit si vous voyez que votre NAC a du mal à avaler. Ne vous étonnez pas s’il recrache les premières fois. Faites très attention à ne pas lui donner trop de liquide d’un coup.

4) N’abandonnez pas au bout de quelques tentatives… Même s’il est très difficile de le nourrir de force, vous ne devez pas le laisser mourir de faim. Il faut persévérer jusqu’à ce qu’il finisse par prendre l’habitude et se remette à manger de lui-même. C’est une question de vie ou de mort !

Quelle quantité donner ? A quelle fréquence ?

Un animal très affaibli boira rarement plus de 4 ou 5 ml à la fois. Alors que d’autres cobayes ou lapins peuvent prendre 15 ml en une seule prise. Tout dépend de votre animal et ce sera à vous de vous adapter à son rythme. Il vous faudra lui donner environ 10 séances de gavage par jour pour être sûr que son système digestif continue de fonctionner en permanence. L’idéal est de nourrir toutes les 1 à 2 h. Si vous êtes absent en journée, ne le laissez pas sans gavage pendant 8 h et demandez à quelqu’un de vous remplacer. Le total de nourriture liquide distribué doit être de 80 à 100  ml minimum pour une journée

Quand arrêter le gavage ?

Le but du gavage, c’est de faire continuer à manger un animal qui ne peut pas se nourrir par lui-même, jusqu’à ce qu’il aille mieux et veuille remanger tout seul. C’est pourquoi pendant toute la période du gavage, il faudra présenter à votre NAC sa nourriture habituelle. N’arrêtez surtout pas le gavage si votre animal a juste grignoté quelques feuilles ou quelques granulés ! Il faut attendre qu’il remange de tout en quantités habituelles.

Par Marie-Sophie Germain

Photo : Guinea Pig Today